FR | NL | EN

ETAP - Equitation de Travail-ArbeidsPaardrijden

L'Equitation de Travail, une autre discipline née du gardiennage des troupeaux

L'équitation aristocratique alliant culture de l'apparat et l'art de la guerre, s'est unie à la tradition séculaire du gardiennage de troupeaux pour donner naissance à « l'équitation de travail ». L'art de la guerre à cheval, réservé à la noblesse, disparut des champs de bataille chassé par les nouvelles armes. La bourgeoisie terrienne grandissante mit en cause les prérogatives des nobles mais adopta souvent leurs m?urs et, pour se donner une forme de prestige, se saisit de cet art équestre pour l'adapter à la surveillance du bétail. Ainsi furent réunies tradition paysanne et l'illustre tradition équestre élaborée et perfectionnée par l'Ecole de Versailles au XVIe et XVII e siècles.

En Amérique, l'évolution fut différente. Les vastes espaces, les énormes troupeaux de bovins quasi sauvages nécessitaient travail à cheval et excellents cavaliers. Après de longs mois passés en gardiennage ou en convoyage, ceux-ci aimaient se rencontrer pour se défouler et exhiber leur adresse au cours de rodéos. Les grands propriétaires, soucieux d'asseoir leur prestige, se mirent à sélectionner génétiquement des chevaux au « cow sens » développé et à la morphologie adaptée à une équitation de qualité dédiée au travail dans le bétail. Pour faire briller grands propriétaires, chevaux et cavaliers, les bases de l'équitation américaine telle que nous la connaissons aujourd'hui, furent progressivement mises en place exigeant excellence et équilibre différents de ceux recherchés en équitation ibérique.

En Europe, des variantes se sont développées au fil du temps et selon les régions. Pour en faire une discipline sportive, les gestes des vachers ont été stylisés et codifiés afin de pouvoir les juger. Tout le parcours s'effectue au pas ou au galop, le trot n'a pas sa place dans l'équitation de travail. La conduite du cheval se fait avec les deux rênes dans la main gauche, seules la rêne d'appui et l'assiette viennent en aide pour diriger la monture. L'autre main, si elle ne tient pas la garrucha (Espagne), la vara (Portugal) ou le trident (Camargue), est posée sur la poitrine ou sur la cuisse. Un entraînement type comporte du dressage où le cavalier menant sa monture d'une main l'oblige par des exercices adéquats à se mettre sur les hanches, à effectuer des transitions harmonieuses du galop au pas, des arrêts nets et des départs fulgurants au galop. Sont également travaillés tous les déplacements latéraux, les pirouettes au pas et au galop, le galop très lent ou très allongé.

Naissance de l'ETAP

ETAP naît en 2003-2004 à l'initiative de quelques-uns dont Luc Decafmeyer et Christophe Sergeant. Eleveurs de pur sang lusitaniens et ayant assisté au fil des ans à l'évolution de l'équitation de travail au Portugal, ils ont eu l'idée d'introduire cette nouvelle discipline en Belgique. Avec des moyens modestes, beaucoup de bricolage et de créativité, ils ont initié leurs élèves et organisé des concours. Au début, les chevaux étaient déconcertés par ces « efforts » et les cavaliers désemparés malgré leurs instructeurs pleins de bonne volonté mais tout aussi novices. Très rapidement, tous ont compris que cette discipline paraissant ludique et facile nécessitait une grande maîtrise pour la mener au stade de compétition. Des stages de dressage, de maniabilité ont été organisés et ensuite de tri du bétail, l'un en Belgique afin d'initier les participants aux règles et consolider les acquis, l'autre en Bourgogne chez Denis Prieur, ancien champion de France d'équitation de travail. Très rapidement, 4 concours (3 épreuves : dressage, maniabilité et vélocité) sont organisés par saison dans différents centres équestres de Belgique.


En 2006, la Ligue Equestre Wallonie Belgique reconnaît cette nouvelle discipline et donne mandat à Luc Decafmeyer pour tout ce qui concerne le développement et la représentativité belge et internationale d'ETAP. La Belgique participe l'année suivante au Championnat d'Europe d'Equitation de Travail en Grande Bretagne. Depuis 2008, les concours nationaux comprennent désormais une épreuve « Tri du bétail » pratiquée en équipe et ne comptant pas pour le résultat final. Les équipes belges Juniors et Seniors ont remporté deux médailles de bronze au Championnat d'Europe en Sardaigne en 2008.

Contact

Pour toutes informations complémentaires concernant ETAP :
Luc Decafmeyer, tél ou fax : 02/366 94 23 - GSM : 0477/456 473

Formulaires


Demande d'inscription (pdf) | Demande d'affiliation (pdf) | Changement de propriétaire (pdf)
Powered by DiXiT | www.Azulis.be